Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Opti-secours
  • : Réflexion utopique sur l'optimisation globale tous azimuts du service d'incendie et de secours en France
  • Contact

Texte Libre

Pourquoi un tel site ?

Pourrions nous, à budget constant, améliorer notre savoir-faire, notre sécurité, notre communication avec les élus en montrant que nous sommes un centre de profit pour la collectivité?

Ce site veut juste proposer des pistes de réflexion ou d'optimisation, qui paraîtront à beaucoup utopistes ou farfelues, mais destinées à titiller la curiosité du lecteur, à le faire réfléchir sur lui et sa corporation, et se demander peut-être ce qu'il pourrait proposer pour aller de l'avant.

Nota : Un grand merci à tous ces SP qui, au quotidien, cherchent à optimiser, bricoler, inventer, sécuriser, bref, faire avancer le système, quelque soit leur grade et leur statut...

Recherche

Liens

21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 16:54


Le Code Général des Collectivités Territoriales préconise pour tout feu :

6 SP, avec un S/O & un engin de type FPT au minimum

(Les SDIS qui le souhaitent peuvent partir à 4 s’ils l’écrivent au Règlement Opérationnel)

Contrairement à la légende, rien n’oblige les 6 à partir dans le même Fourgon.

Pour un FPT de SPP, le souci est l’attente, avec le coût et l’indisponibilité induite :

On attend souvent sur inter (GDF, EDF, voirie, Maintenance SSI, office HLM, etc)

Cela coince de couteux SPP et désectorise pour rien 6 agents.

Pour un FPT de SPV, le souci est le temps de départ et la durée de l’inter :

Il faut attendre 6 SPV. Il y’en a toujours 1 ou 2 qui vont mettre un peu de temps à arriver

(phénomène est encore plus vrai avec les casernes fusionnées, les jours de marché, etc)

De plus, sur une longue inter, des SPV peuvent avoir un souci avec leur job :

Il faut, à l’Allemande, faciliter leur engagement civique et leur permettre de rentrer.


Dès lors, peut-on optimiser ce départ FPT à 6 ?

Certains arment les FPT SPP à 4 (UK par ex.), pour remettre rapidement les EP dispos.

Les pays à fort volontariat (Suisse, germaniques, etc) font souvent partir un 1erengin avec les 1ers arrivés, pour gagner sur le temps de départ (on peut aussi avoir le souci en garde postée, avec un agent sous la douche par exemple)

 

Quels seraient les avantages de scinder le FPT en 2 engins ?

Le FPT part avec les 4 premiers - fort gain sur le temps de départ :

Donc potentiellement sinistre moins développé et sauvetages possibles.

Barrer une rue loin en amont avec le 2ème engin (fuite de gaz, feu sur VP)

Protéger la coûteuse EPC ou le BAT sur VP, en balisant leurs arrières …

Faire rentrer 2 SPV qui auraient un souci de travail en journée.

Pour les SDIS qui décalent encore avec une MPR derrière le FPT :
On évite de perdre du temps, on l'accrochera plutôt au 2ème engin...


Ca force les gens à s’habituer à bosser à 4 :

Tuyaux en écheveaux, caisse d’attaque, etc.

Ils sont donc prêts s’ils partent en prompt-secours à 4.

Parfois aussi, on a besoin d’un matériel spécialisé qui dort dans la remise.

Pas besoin de désectoriser un engin pour l’amener : le VTU va le chercher…


Quel serait ce 2ème engin ?

Nous avons déjà étudié le cas du VPI qui précède le FPT (voir ici)

Il nécessite d’être 3 ou 4 : ça peut être trop cher, ou on peut manquer de monde
Mais c'est très avantageux pour les grands secteurs, et si le FPT est HR, donc lent

Sinon, un engin qui suit le FPT à 4 (idée un peu abordée via l’article Classe 2)

2 agents seulement pour l’armer, ils seront BAL.

Idéalement, surtout pour les SPV, un engin permis VL.

Par exemple le VTU : on a ainsi une tronçonneuse, un aspirateur, du balisage…

On peut facilement l’équiper en FIL (voir ici), pour alimenter vite & sans fatigue.

Dans les Centres sans difficultés de permis PL, pourquoi par un porteur (CCI, CCF)

Cela permet de décaler à 4 dans un FPTL qui se faufile vite, sans souci d’eau.

Bien balisé, le 2ème engin peut faciliter la feuille de garde pour départs SR :

Pour feu ou SR mêmes piquets : 4 au FPTSR, 2 au FIL-BS ou CCI …

Les tenues sont hors des engins : le 1er PL des 2 COD1 désignés sort le FPTSR

 

Bien entendu, les « anti-changements » auront des réclamations :

Il n’y a pas de Binôme de sécurité pour le BAT.

Faux : le temps de faire la reco, établir, avoir de l’eau à la LDV, le 2èmeengin est là.

Ca augmente le risque routier.

Faux : le 2ème n’est pas aussi pressé, il faut passer la consigne qu’il roule sagement.

Et ça évite que les SPV qui habitent loin roulent comme des frappés quand ça bipe.

Quid du Chef d’agrès s’il est parmi les retardataires.

Faux problème : un FPT en prompt-secours peut partir sans S/O.

Le S/O arrivera avec le 2ème engin, comme s’il arrivait avec un FPT voisin.

Faire rentrer 2 gars ne permet pas de remettre un VSAV dispo.

Vrai, mais 2 gars dispos, c’est mieux que 0 : prompt-secours ou DIV.

Il peut rester encore du monde au centre, par exemple le VSAV 1

Voire que l’EPC rentre du même feu, donc 4 agents dispos plus vite.

Sur gros feu, pas d’intérêt à ces duos d’engins qui encombreront la ZI.

Vrai. Sauf que sur gros feux, multiplier les FPT ne sert à rien (voir ici)

Il faut engager moins de FPT, & plus de FMOGP/DA. Problème réglé.

 

On le voit, scinder le FPT en 2 permettrait de gagner en efficacité opérationnelle sur le temps de départ et la recouverture secteur, en optimisant les piquets SPP et facilitant la vie des SPV…

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Je rejoins l'idée de "scission" du FPT:

Pourquoi ne pas reprendre le concept du PS ? Depuis son apparition chez les sapeurs-pompiers de Paris cet engin à largement fait ses preuves et éteignait 80 % des feux.

De nos jours on peut fait un PS modernisé:

Prenons un châssis cabine double de 7,5 t 4x2 ou 4X4 selon les secteurs. On pose dessus un bloc cellule réalisé par un équipementier. L'armement comprendrait une pompe 1000/15 avec "une tonne" de 1000L, 50L d'additif et 50L d'émulseur. 1 LDT 40m, 1 dévidoir de 60m tuyaux de 45 + lance. Dans les coffres, on met 60m de tuyaux de 45 en écheveaux à épauler, quelques pièces de jonction, un petit groupe électrogène, une pompe électrique, 2 tourets de câbles électrique, un projecteur sur trépied, 3 extincteurs poudre ABC, additif et CO2, des cônes et un sac PS.
Sur le toit : on pose un coffre avec de l'outillage de déblai, une échelle à coulisse, à crochet ainsi qu'un triangle lumineux relevable. Pour l'alimentation des lances : soit on accroche un dévidoir mobile, ou on pose sur le toit, un coffre avec 200 m de 70 en écheveaux.
En cabine on trouverait 2 ARI, prêt à être capeler par le binôme.
Le PS serait un engin destiné uniquement à intervenir uniquement au plus prêt d'un sinistre, en aucun cas, il ne s’arrêtera au point d'eau qui sera le rôle d'un fourgon.
Répondre