Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Opti-secours
  • : Réflexion utopique sur l'optimisation globale tous azimuts du service d'incendie et de secours en France
  • Contact

Texte Libre

Pourquoi un tel site ?

Pourrions nous, à budget constant, améliorer notre savoir-faire, notre sécurité, notre communication avec les élus en montrant que nous sommes un centre de profit pour la collectivité?

Ce site veut juste proposer des pistes de réflexion ou d'optimisation, qui paraîtront à beaucoup utopistes ou farfelues, mais destinées à titiller la curiosité du lecteur, à le faire réfléchir sur lui et sa corporation, et se demander peut-être ce qu'il pourrait proposer pour aller de l'avant.

Nota : Un grand merci à tous ces SP qui, au quotidien, cherchent à optimiser, bricoler, inventer, sécuriser, bref, faire avancer le système, quelque soit leur grade et leur statut...

Recherche

Liens

16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 16:45

Quid de la problématique du permis PL dans les CI SPV ?

Le service militaire, qui en fournissait en masse, n’existe plus

Les SDIS rechignent à payer beaucoup de permis par an vu le coût

Avec le turn-over des SPV, certains partent 3 ans après l’avoir passé

 

Les pompiers « chargent lourd » : eau, tuyaux, etc

Mais la charge utile des 3,5T diminue au fil des nouvelles normes

Nous avons déjà étudié ici la répartition d’un duo VPI-VTU/DAL

D’autres voies sont-elles possibles pour emmener plus d’eau ?

 

Le lobbying :

A l’époque, 90% de l’Europe conduisait un 7,5T avec le permis B !

Finalement, en 1999, ils ont harmonisé… vers le bas à 3,5T !! Snif…

Mais là où c’est intéressant, c’est que certains ont eu des dérog !

 

Les campings-caristes, pour les permis B délivrés avant 1975 :

C’est assez fantastique, ils se sont basés sur une faille de la loi

http://vantribe.actionboard.net/t348-conduire-un-35-tonnes-avec-son-permis-b

La dérog est clairement « sans limite haute de tonnage et de mesures »

Le marché du camping-car a explosé avec les retraités.

Et les retraités, ils votent, donc les politiques les chouchoutent… 

Tous les SPV de plus de 58 ans ont en fait le permis PL…

Vous allez me dire que ça sert à rien, on n’en a plus beaucoup.

 

 

Mais si on est puriste, la dérog devrait s’appliquer à partir de 1999 :

Et là, tous les SPV ayant + de 34 ans seraient « no limit en PTAC » !

 Les véhicules électriques :

A cause du poids des batteries, ils ont un PTAC de 4,5T en permis B

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-120842QE.htm

 

Conclusion : des dérogs sont possibles, via du lobbiyng

Et les SPV sont réputés voter aussi, donc ça pourrait marcher…

En passant le VPI à 4,5T, sans changer sa conception (4 places, équipement simple, matos superflu au VTU) on pourrait pousser sa tonne à 1000l ce qui sécuriserait fortement le BAT.

Plutôt que du lobbying pour donner des galons-bidons à tout le monde et augmenter les vacs, on ferait mieux de faire du lobbying pour améliorer la sécurité de nos binômes SPV avec des VPI 1000 en permis B !!

 

La remorque :

Un des problèmes du permis PL pour les SPV, c’est le temps à y passer.

Plus le code à repasser pour certains, et enfin la peur de l’exam pour d’autres.

Il y a bien le permis C1 qui est censé être un PL allégé, mais ça reste un permis.

Or le législateur nous a sorti le B96 qui se passe en un samedi & sans exam !

Il permet d’accoler une remorque 750 kg à un 3,5T : soit un PTRA de 4,250T

Sur opti-secours, nous sommes peu favorable aux remorques en 1er départ :

Attelées en urgence, il y’a risque de dételage, et de faucher un piéton.

Mais si une remorque de 600l peut transformer un VPI 400 en VPI 1000, on améliore alors la sécurité de nos SPV…

 

Le tracteur :

J’en vois qui rigolent dans le fond… Et pourquoi pas ?

« Depuis le 22 mars 2012, l’article L. 221-2 du Code de la Route prévoit que les employés municipaux sont autorisés à conduire des véhicules agricoles (ex : tracteur agricole) dès lors qu'ils sont titulaires du permis de conduire de catégorie B ». Quelque soit le tonnage.

Les SPV d’un CPI communal pourraient s’apparenter à des agents municipaux

Donc possibilité de gréer un CCGC avec un permis B !

En occaz on peut trouver ce binôme pour pas cher

 

Certes c’est peu rapide mais le territoire d’un CPI est restreint : ça colle …

Admettons une commune de 5km de diamètre avec un CPI au centre :

En tracteur, tous les points sont atteignables en 8 min !

C’est largement mieux qu’un CCGC à 30 min de délai… 

 

 

On notera d’ailleurs qu’auparavant, l’agriculteur venait au CPI tracter la MPR.

Picot vendait même des pompes tractables à connecter sur la prise de force :

Donc on peut monter la pompe de la MPR vieillissante sur la prise de force.

Un moteur en plus à entretenir (le tracteur), & un en moins (la MPR)

Hormis la lenteur (relative vu les petits secteurs), ça n’a que des avantages !

 

En conclusion, sur l’épineuse question du permis PL dans les centres SPV, on voit qu’il est éventuellement possible de faire quelque chose moyennant du lobbying ou du matériel différemment pensé...

Partager cet article
Repost0
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 16:38
SAVOIE
 Arêches : neuf jeunes pompiers réaniment le poste de secours
Neuf jeunes sapeurs-pompiers ont réanimé le poste avancé d’Arêches.

Un poste dépendant du centre de secours de Beaufort et qui était en sommeil depuis 2009.

Mais c’était sans compter la motivation de soldats du feu volontaires.

« Nos parents étaient pompiers, on a repris le flambeau », annoncent, avec l’accent de là-haut, Alexis Joguet, 23 ans, maçon de profession, et Anthony Joguet, 22 ans, mécanicien pour hélicoptère en Afrique.

 

title2

 

« On est engagé depuis quatre ans à Beaufort. C’était pas logique de descendre à la caserne de Beaufort pour remonter intervenir dans le secteur d’Arêches. Et ça rallongeait le temps d’intervention. »

Alors la “méthode Joguet” s’est mise en action. Un peu d’insistance, beaucoup de motivation et du culot : les jeunes soldats du feu ont entrepris de convaincre leur hiérarchie.

 

« L’hiver, le village d’Arêches se transforme en station avec 5 000 lits touristiques. Une vraie petite ville, souligne le commandant Joly, responsable du bassin opérationnel d’Albertville. Mes prédécesseurs et moi-même étions convaincus de l’intérêt de réactiver ce poste avancé, mais il fallait des hommes. »

« Du coup on a fait un marché, rigole encore Alexis Joguet. Si on trouvait une équipe de sept, on nous équipait d’un véhicule. »

 

Deuxième étape de la “méthode Joguet” : opération recrutement auprès des copains, des familles…

« Arêches, c’est un village où tout le monde connaît tout le monde », explique Charline, 25 ans, monitrice de ski, paysagiste et pompier volontaire depuis l’âge de 16 ans.

« Tout le monde connaît quelqu’un qui est pompier ou qui a eu besoin des pompiers… »

Ici, l’esprit village forge l’esprit citoyen.

 

L’effectif est réuni sous l’œil vigilant du lieutenant Jean-Marie Mortier, responsable des pompiers dans le Beaufortain. « La population était vraiment dans l’attente de la réouverture du poste.

Et quand on appelle les pompiers à Arêches, c’est pas pour descendre un chat de l’arbre ! »

Le poste avancé a été réactivé le 5 juillet.

Devant le garage, que la commune a promis de réaménager, un beau véhicule tout terrain est prêt à partir.

 

Le défi, désormais, c’est de pérenniser cette équipe.

Le lieutenant Mortier aimerait passer à un effectif de 14.

Mais il ne s’inquiète pas de la jeunesse de ses troupes.

Trois ont l’expérience du centre de secours de Beaufort et sont d’ores et déjà aptes à intervenir.

 Les autres sont en cours de formation.

Et ils seront épaulés par les plus anciens.

Et surtout, ne dites pas aux Joguet qu’ils sont trop jeunes : « Ça nous est déjà arrivé d’intervenir sur des accidents où l’on connaissait les victimes. Comme les autres, on a pris sur nous pendant l’intervention. Quitte, après, à verser une larme. »

 

Source : http://www.ledauphine.com/environnement/2013/08/05/neuf-jeunes-pompiers-reaniment-le-poste-de-secours#jimage=17D088D9-4629-4116-8CF8-DB53D02B8C85

 

 

 

Avec en prime un beau petit VPIHR Land 130 pour participer à cette aventure humaine, ce qui en gâche rien !!

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 10:36

Une belle histoire !!

 

image_big.jpg
Le pessimisme de fin d'année dernière a fait place aujourd'hui à une confiance forte en l'avenir. "On n'y croyait plus mais on a su se mobiliser et surtout trouver des gens de bonne volonté", affirme sourire aux lèvres Michel Mignot, maire de Champagnac.


Menacé de fermeture totale voilà quelques mois, le centre de secours a finalement été sauvé : un vrai soulagement pour toute une zone !

 

Jeudi soir, le SDIS 43, les élus d'Auzon Communauté, les pompiers du centre de secours de Brioude et les nouvelles recrues de Champagnac étaient réunis pour fêter ce sauvetage. Le centre de secours va désormais pouvoir reprendre du service dans les prochains jours grâce aux 17 nouveaux sapeurs-pompiers qui se sont engagés fin 2012 avant de suivre une formation assez lourde en seulement six mois…"

 

Il faut saluer leur engagement, affirmait le lieutenant-colonel Alain Mailhé, directeur départemental du SDIS. Ils ont consacré une bonne partie de leur temps-libre mais aussi de leurs week-ends à suivre des formations".

 

 

Source : http://laruche.leveil.fr/infos-du-jour/Champagnac-le-Vieux-la-caserne-retrouve-des-pompiers-100626

 

Une belle histoire, qui prouve que quand on veut, pour sauver le volontariat, on peut !!

Longue vie à cette renaissance !! 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 14:44

Aujourd’hui, on se plaint de la sur-sollicitation des SPV, du manque de SPV en journée, de la fermeture de centres de proximité, etc.

Mais existent-ils d’autres acteurs locaux qui pourraient nous appuyer ?

Après les AP (voir ici) et les associatifs (voir là), quid de la Police Municipale ??

  

56032043 

Certes, pas dans les grandes villes où ils sont surtout là en pervenche ou en cowboy

Mais dans nos petites communes péri-urbaines & rurales, où son rôle est encore humain ?

 

Ces communes payent 1 ou 2 agents présents quasi-toute la journée sur la commune !

A côté, le CS ou CPI peine parfois en journée. Un VTU dehors peut mettre indispo le Centre

N’y a-t’il pas un rapprochement à trouver ??

Pourquoi pas renforcer son rôle sous 2 aspects : Prompt-secours SAP, et VTU ?

(Cela peut également améliorer leur image auprès du village...)

 

Le plus simple pourrait être de faire devenir SPV le(s) garde(s).

Mais pour des raisons bien françaises (joies administratives, 6 semaines de FI, aptitude médicale élitiste du 3SM, etc), pas sûr que ça marche (plus les réticences éventuelles du Maire ou du garde, peur du sang ou de l’INC par exemple).

 

En DIV, la PM en péri-urbain/rural a déjà parfois cônes, chasubles, coupe-boulon, etc.

Avec un peu de sciure, des clés ascenseurs, un triflash, ils pourraient gérer :

Faits d’animaux (qu’ils font déjà souvent !), hydrocarbure sur VP,

Fil élec sur la chaussée (quelle plus-value quand on le fait avec un VTU vide ?)

Ascenseurs (les ascensoristes y arrivent tout seul !! y’a que les SP pour vouloir être 3-4…)

Balisage sur AVP, évitant d’engager un VTU en plus du VSAV, etc.

Bien sûr, pas question de les faire tronçonner, aspirer/épuiser, ou utiliser un LSPCC !

Juste du plain-pied, du simple, du rapide, avec du matos peu couteux à l'achat…

 

En SAP (hors refus du garde, bien sûr), ils permettraient un Prompt-secours ultra-rapide :

On peut quasiment les considérer en départ-immédiat.

L’objectif est juste de poser un DAE en 4-5 min, stopper une hémorragie, faire du Heimlich

Le temps que les SPV du coin rejoignent la caserne et sortent le VSAV…

En terme de durée de formation, on note qu’un PSE 1, voire même un SST suffit !

Le PS à 1, ça existe, en Angleterre par exemple, et ça fonctionne

(certes ils sont mieux formés, mais ici, on veut au moins poser un DAE en 4 min !)

Et ce sera bien plus efficace que le DAE fixé sur la porte de la Mairie, fumisterie…

 

Pour le déclenchement, il ne faut pas se mettre de faux freins :

Des SDIS déclenchent leurs CPI par SMS, et ça marche !

Ou encore l’intégrer dans Artemis/systel comme VTU-PS

(avec un bouton dispo/indispo sur le tableau de bord de la VL par exemple…)

Bref plein de possibilité, si on le veut !!

 

En intégrant la PM dans le dispositif local de secours, on réduit la contrainte des SPV en journée, on laisse des engins dispos, et on gagne de très précieuses minutes en SAP...

C'est bien l'intérêt des victimes (en SAP) et le soin de maitriser les dépenses (en DIV) qui doit primer, pas les petits corporatismes bidons…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 11:32

Petite idée "recrutement" trouvée au hasard de recherches sur le Web :

 

Une affiche de l'équipe du CPI de St Paul en Chablais (74), avec un texte accrocheur

 

pompier-panneau-juillet-2008-112.jpg

 

Certes ça ne résoud pas le problème des 6 semaines de FIA pour un père de famille salarié.

Mais sait-on jamais... et qui ne tente rien n'a rien !

 

De plus, ce message apparait aussi sur le site de la commune, dans l'onglet "pompiers" :

Le lien : http://www.saintpaulenchablais.fr/www-rubrique-50-FR-VIVRE.html

 

Bien vu !!

Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 11:43

Nombre de CPI, intégrés ou non, arment encore de petits CCFM poids lourds fort âgés.

 

Un temps où on emportait peu d’eau et où on revenait du service militaire avec le permis PL.

Une époque où on rachetait en Allemagne des TLF 800 Unimog peu âgés et peu chers…

Des CCF hors d’âge mais rachetés pas chers à un SDIS. Illusion d’avoir un porteur lourd…

 

Un exemple de CCFM 1200 litres :

 

DSCN8416 [1024x768]  

Les temps ont changé, et trouver un PL en journée est très difficile dans nombre de CPI.

Or les secours doivent partir. Avoir un CCF 1000 qui ne peut jamais décaler, est-ce utile ?

Dans des Centres sortant peu, ne s’éloignant pas du territoire communal et ayant des difficultés de permis PL, ne faut-il pas repenser l’emport en eau via un permis VL ?

 

L’engin concerné serait un CCF Léger simplifié pour se consacrer à l’emport d’eau 

Une MPP, pré-reliée à une LDV 500 sur 80m écheveaux, un 70 de remplissage, et zouh 

L’emport du matériel restant (ARI, tuyaux, etc) sera confié au VPI ou VTU qui le seconde 

On notera que si 800l ne suffisent pas pour tuer le feu, 1200 n’aurait pas suffit non plus!

 

09 05 30 La Couronne (9) [1024x768]

 

Pour réussir à caser 800l, il faudra chasser chaque kilo :

Utiliser du matériau un peu plus couteux mais plus légers (Citerne composite, supports alu)

L’équipage sera réduit à 2 personnes (gain des 80 kg du 3ème…)

Pas de LDT (gain 100 kg), réduction des pièces de jonction, à mettre dans le VTU, etc.

L’engin seul pourra faire fonction de CCFL seul, ou de VPI lorsque couplé à son VTU.

 

En conclusion :

Le concept peut faire débat, entre :

·         un engin VL n’emportant que 2 hommes et peu de matos

·         un petit PL mieux garni mais à la possibilité de départ en journée très incertaine, laissant les gars partir avec un VTU sans eau et mal conçu pour l’attaque car on a tout misé sur l’engin PL

Mais :

Mieux vaut un CCFL 800 qui décale ou un CCFM 1200 qui ne peut pas partir ?

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 10:17
Il existe encore trop de CPI non-motorisés
Pour eux, quelle vie de groupe, quel avenir ?
Un engin ne fera pas tout, mais pour évoluer, c’est un minimum. Il emporte tout le matériel d’un coup (l’échelle 2 plans ne reste plus sur l’étagère), et on n’attelle plus à la hâte la MPR à une VL perso (perte de temps + risque de dételage).
A terme, faire du prompt-secours (sans délire de formation, 1 PSC et 1 PSE suffisent), avoir 2 ARI

C’est un coût. Mais si on ré-instaurait les Syndicats Intercommunaux (SIVU) :
Regrouper 2-3 CPI sans engin en un CPI intercommunal motorisé au milieu ?
Certes, il faut se partager entre 3 communes au 14 juillet et au 11 novembre. Dramatique?
Choisir entre pompiers de cérémonie ou aider les autres?
De+, le budget SP de 2 ou 3 commune est un peu moins maigre qu'une seule.

Si la remise le permet, pourquoi pas récupérer d'un SDIS un VTU pile à la taille de la remise, ou un ex-VSAB et sa carte grise 5 places, ou encore un VSR et ses 300l d’eau avec lance HP, ils sont en plus déjà rouge et balisé!
Mais elle est souvent petite, prévue pour une MPR. Express ou Berlingot suffisent alors. (De grâce, pas un C15 de papy… Quelle nouvelle recrue s’imagine pompier en C15, sérieusement?) Pour le SAP, 2 places suffisent. Pour LE feu par an, les autres suivent en VL perso comme avant.

Le train MPR + dévidoir est une coutume par endroit
Chez les non-motorisés mais aussi ceux ayant un VTU
Si accident, ce train illégal causera des soucis. Et quelle tenue de route?


Shootons le dévidoir, gardons la MPR, en l’équilibrant pour + qu’elle écrase l’attelage du VLU
Comme le DAL, un rack léger accueille les 3/400m de 70 du CPI: un VLU supporte bien 200kg
Expliquer que collectionner c’est désuet : 1 division & 2 lances suffisent (idéalement 1 LDV 500)
Les amortisseurs apprécieront… Caisson au centre, lances, extincteurs, et 45 sur les côtés
Galerie pour échelle, pelle, balai, & 2 gyros (visibles 360° sans rehausser vu la hauteur de remise)

Et si on a un peu de budget, pourquoi pas faire un engin visible et sympa attirant des recrues
On passe du bricolage à un vrai engin plein d’avenir & des SPV valorisés, ça vaut le coup non ?
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 09:43

 

Un CPI communal peut aller en renfort chez les voisins, contrairement à la légende
Deux types d'engins simples et permis B amélioreraient ça pour presque 0€ : FIL & VBS
(Bien informer le CTA qu'un CPI a un FIL ou un VTU-VBS sur le secteur du CS XY)

Le FIL :
On voit des CPI communaux possédant 400, 600 voire 1000m de 70 !!!
Mais rien pour établir ça vite : 1 ou 2 dévidoirs, 1 ou 2 Rem. dévidoir (ne sert jamais car c’est la MPR qui part avec le VTU), 10x20m sur étagère. Quel dommage de laisser dormir ce potentiel !!
Même si on mettait tout dans le VTU, le FPT voisin arrive avant qu’on en déroule la moitié... 

Si on ressortait des oubliettes le Fourgon d'Incendie Léger, VTU-DAL des seventies ??

 

 

09-05-16-Clerey--7---800x600-.jpg

 

Proposons aux CPI ayant une MPR (60m3 mini), de transformer leur VTU avec un rack à écheveaux, et y mettre tous leurs 70 : même les 20m & la réserve.
Le double de 70 en réserve servait à l’échange pour séchage, d'où les grandes quantités
Vu qu'on ne sèche plus les PIL, et pour 3 feux/an, on peut tout mettre dans le FIL
On peut séparer le rack en 2 pour pouvoir établir 2 lignes parallèles.
800m de 70, c’est « seulement » 400kg : un VTU le supporte très bien.
 

 

Ci-dessous, un exemple de DAL 3.5T en 2 racks de 110. Avec du 70 moins gros, on laisse un couloir central pour faciliter le rebobinage. On voit à l'avant qu'on peut mettre une étagère pour le matos VTU :

 

11 09 04 Audun le Roman 54 (10)

 

On passe de 6/800m de 70 qui dorment à 6-800m utilisables. Ce n’est qu’en 70 mais :
C’est mieux que le « rien » d'avant pour alimenter un FPT à 600m d’une mare
Avec une 1000-10, on pousse déjà 1000l/min sur 400m, 700 sur 1000m ou 1500 dans 2x500m
Il renforce le FPT du CS en alimentation d'1 à 2 LDV, et en personnel (voir "classe 2")
Chez lui, il pose sa division mixte au sinistre, puis établit vite et sans fatigue au point d'eau :

Pas dégueu pour économiser nos anciens plein de bonne volonté.

Il coupe une propagation au lieu de mettre 20 min à dérouler ses 15 couronnes

Ce système fonctionne aussi pour appuyer le VPI ou CCFL si le CPI en a un (voir ici)
Tout ça pour le prix d'un simple rack en contreplaqué  !

 

Le VBS :
Equiper un VBS coûte cher (Panneau, triangle ou flèche relevable), et il n’y en a pas assez.
Pour les SDIS n'en ayant pas ou peu, peut-on créer des VBS simples et sans sur-coût ?
Donner au CPI un VSAB réformé avec une rampe arrière 5 feux qui part en réforme?
 

Racheter un patrouilleur autoroutier d'occaz? (voir ICI)

 

08-06-04-Fauville-en-caux--3---800x600-.jpg

 

L'engin a déjà des gyros, du balisage réfléchissant, des projecteurs, etc.

On le grée en VTU-VBS avec 2 chariots de cônes, des extincteurs, un sac de l'avant
(au cas où le VBS arrive en 1er sur l'AVP, et pour faire le prompt-secours SAP chez lui)
Même sans couteux panneau à message et triangle relevable, il permet de :
Créer un engin-tampon là où il n’y avait rien avant : si sur-accident c'est Paf le VSR & les SP
Amener 2-3 SPV d’un autre CI (dur en journée pour un seul CS d’armer VSAB+VSR+VBS)
Faire participer les CPI sur leur commune et alentour (autoroute ou départementale dangereuse)
Remplacer avantageusement une VL ou un VTU banal et vieillot
Tout ça pour le prix des 2 chariots de cônes , c’est le bonheur…

 

Le top : le FIL-BS

En jonglant astucieusement avec les masses (ne pas en mettre trop sur l'arrière), on peut sous certaines conditions conjuguer les 2 engins !!

Difficile de mettre 1000m de 70 (soit 500kg) dans un ex-patrouilleur autoroute déjà bien chargé avec son Panneau et son triangle relevable, certes. Mais au milieu, des choses sont possibles.

 

L'idéal, c'est l'ex-VSAV réformé avec rampe arrière & 2 portes latérales :  

On peut alors le diviser en 3 "blocs" :

A l'arrière, 4 à 800m de 70 en écheveaux

Par la porte latérale droite, la partie SAP, balisage

Par la porte latérale gauche, la partie DIV, petit matériel, etc.

 

09 01 31 Novalaise 73 (32)

 

Pour l'échelle, un support qui conserve la rampe 5 feux, ou à l'intérieur du FIL?

Pour gagner du poids et faciliter le déboyautage, enlever les portes arrières?

(on pourra fixer la plaque d'immat et le balisage réfléchissant sur la paroi du rack)

Garder la vitre avec l'arrière pour que le conducteur surveille le déboyautage?

(on interdira aux gars de grimper en marche sur le marchepied, sauf si attachés)

Ainsi, un conducteur seul pourrait vite dérouler 800m de toile, super en journée !

 

Et voilà comment créer pour pas grand chose un engin plus ergonomique et plus protecteur qu'un VTU avec 2 pauvres gyros à peine visibles et son stock de tuyaux en couronnes...

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 10:50

Comment redonner une 2nde jeunesse à un FPT et faire le bonheur d’un CPI ??


On trouve des FPT réformés de 18-20 ans.

Très potable, ils ont souffert d'être toujours chargé au max, moteur & châssis peinent.

Offrons lui une cure d'amaigrissement et de jouvence !

On veut le rendre dynamique et ergonomique pour des départs à 3-4 en journée.

 

 

Donnons-nous un objectif : gagner 5% du PTAC.

5%, c’est 650 kg gagnés : l'engin souffre moins et peine moins en côte

On allégera au max l'arrière ("cul qui touche par terre") et le toit (ballant en virage)

 

On ne touche pas à l’eau : c’est important en rural, et ça justifie un engin à permis PL

(sinon autant prendre un VPI à permis B…) 


Les dévidoirs de 70 


Mode CCI 3000 : on supprime les 2. Avec les supports, les fourchettes, gain de 400 kg !

On vire aussi l'inutile relevage hydraulique pour fillettes si équipé (50kg gagnés)


Mode FPTL :

Un CTA risque de ne pas engager un CCI 3000 hors-secteur, mais FPTL oui (Fonction FPT)

Et parce qu'un dévidoir permet au conducteur d'alimenter seul l'engin (utile en journée!),

On peut transformer notre FPT en FPTL en laissant 1 seul dévidoir

Version dopée à 240m (voir "théorie du dévidoir")

Placé au centre pour gagner du porte-à-faux latéral pour les petites rues

(A ce sujet, on parle plus bas de la suppression de l'attelage...)

 

LDT : cet agrès obsolète et dangereux pèse 100kg en eau. On vire... (voir ICI)

 Surtout en version dévidoir électrique, où on enlèvera moteur, crémaillère and co

 

Les tuyaux :

A quoi servent 200m en couronnes de 20m? à rien !!

Ils ne sont jamais déroulés : trop long, trop pénible.

On a vu qu'on vire la LDT et qu'on cherche à alléger l'arrière : on n'utilise donc pas l'espace sur la pompe pour mettre un rack à tuyaux. Mais en coffres, vu qu'on fait du ménage, on place :


  • 80m de 70 en écheveaux, déroulable vers l'avant ou l'arrière sans lourd support coulissant (Au-delà, c'est utopique de trainer ça vite et seul)
  • Une division d'attaque en 70-40m tirable par le conducteur seul
  • Une caisse d'attaque de 45-60m pour les établissements tortueux
  • Une ligne de 45-60m en écheveaux pour le plain-pied en ligne droite
  • Chacune avec son duo "45-20m écheveau en O/ lance pré-connectée" dispo à côté... (fini le temps où on s'embête à faire sa réserve...)

 

On se laisse 2 couronnes de 45 et 70-20m en réserve :

240+80+40+40 = 400m de 70

80+80+40= 200m de 45

Et voilà, on a l'armement du FPTL mais en 10x + efficace !

 

 

Ménage dans les coffres & chasse aux kilos :

Rappel du contexte : on est 3-4 en journée, et on veut griller le FPT du CS voisin

On vire donc ce qui est désuet, dangereux, sale ou long à mettre en place :

 

4 lances de 45 & 3 GL 70 ?  3 lances suffisent, avec au moins 1 LDV 500

Brancard en toile et autres reliques? on supprime !

Pourquoi 2 voire 3 échelles 2-plans ? Une suffit, on garde la plus légère…

Faut-il 3 pelles, 5 battes à feux, 2 balais de cantonniers? on peut épurer...


L'attelage?

25kg avec sa barre, à virer. Et qu'on nous parle pas de MPR !!

Soit y'a du monde et on prend 5min pour l'atteler correctement au VTU,

Soit on est 3-4, & on file attaquer rapidement, pas gérer une MPR dans un lac à 500m !!

 

La pompe?

Sur un 120 m3, on allège la clarinette et la vanne d'entrée (30 kg)

C'est une clarinette de 90m3 avec des sorties ajoutées en plus sur les côtés.

Démontons ces sorties de 100 & 65 en plus, ainsi que la 2ème vanne d'entrée en 100

Oui, on peut faire passer 120m3 dans 1 seule entrée !

Au passage, on réduit à 5 aspiraux au lieu des 8-10 d'un 120 m3...

 

L'émulseur ?

Qu'on vire ces cochonneries d'injecteurs électroniques !

Toujours en panne (qui l'a déjà fait tourner 3 fois d'affilée sans bug?), bac+8 pour les utiliser, et lourds : pompe volumétrique, moteur électrique, vannes, tuyauteries. On vire.

Mettre sur la sortie rendue libre un bon vieux proportionneur relié à la citerne émulseur

Sur un FPT avec cuve 200l-émul/100l-mouillant, remplaçons par 200l-eau/100l-émul

 

Avec toute la place ainsi faite en coffres, on y transfère :

Les agrès sous banquette : en cas de tonneau, pelles et haches volent entre les équipiers!

Les agrès du toit : périlleux à aller chercher la nuit (démonter le coffre de toit s'il existe)

Typiquement, dédier l'étagère supérieure d'un côté pour fourrer tout ça...

(raccourcir les battes à feux de 10 cm si ça rentre pas, un peu de créativité voyons!)


Avec quelques règles simples, et pour quasi-pas un rond, on a :

  • diminué notablement le poids de notre FPT
  • augmenté l'ergonomie et la rapidité de mise en oeuvre à effectif réduit
  • amélioré la sécurité des intervenants

 

On pourra alors en profiter pour quelques investissements :
Coller un peu plus de balisage réfléchissant, ça pèse 0 kg…

S'il l'arrière ne comporte qu'un gyro, voir pour ajouter un 2ème et/ou flashs oranges

Ajouter des lampes pour sécuriser l'accès au toit, l'éclairage périphérique,

Installer des ceintures de sécurité en cabine, voire des supports pour 2 ARI, etc.


 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 21:21

Pourquoi de telles injustices dans la réforme des engins SP ?

Pourquoi des SDIS envoient à la ferraille des engins de 20 ans pendant que des CPI survivent avec des reliques de 30 à 40 ans ?

 

Il faut une priorité aux CPI pour l’achat d’engins réformés.

Certes, certains s'arrachent et constituent une petite source de revenus : 4x4, HY ou jeep, etc.

Mais à l’inverse, d'autres se recycler mal et sont bradés pour destruction, notamment les FPT(L).

Réformés de 18 à 25 ans, ils feraient le bonheur de CPI équipés de Berliet GAK ou Saviem SM8


Il est encore très potable malgré ses 22 ans... 

 

& les VL? Pourquoi des SDIS réforment Clio, Nevada ou 205 quand des CPI décalent en R18?

& les VTU? Voir des Master I (VSAB, VTU, VSR) presque donnés, alors que HY & Saviem sont encore en service : il y a un vrai problème 

Parti à la ferraille, il aurait pu rendre un CPI heureux et pas un ferrailleur : 

 

Ces engins sont déjà rouges, avec balisage, gyros, phare de recherche, voire support d’échelles ou rampe arrière 5/6 feux. Pas de frais en plus par rapport à l’achat d’un engin civil à transformer.

Pourquoi soldons-nous à bas prix à des civils qui en feront un camping-car et pas à nos CPI?

Sans que personne ne s’en émeuve outre mesure !!!

Cela permettrait aussi à certains d’évoluer vers le haut : remplacement d’un VPI PL par un FPT, renforcement avec CCGC ou VSAB.

Un dernier point qui va m'attirer des foudres mais tant pis...
Quid de l'humanitaire?
Bizarrement, pour envoyer à 5000km, les SDIS donnent des engins bien plus récents... Pourtant certains ont eu des surprises quelques années après : engins sur cales pour piquer les pneus et le moteur, tranformation en poulailler, voire en automitrailleuse... Belle destinée...
Si déjà on faisait le bien chez soi avant d'aller faire les grands seigneurs ailleurs?
Ceci est un lot d'engins envoyés par un SDIS Français en Afrique :


Je vous laisse vous faire votre avis en voyant des engins si récents distribués gratuitement.
Mon propos n'est en aucun cas de prôner la fin de l'humanitaire, c'est important de les aider.
Mais pourquoi arrive-t-on à le faire pour l'export et même pas en intra-métropole???
Partager cet article
Repost0