Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Opti-secours
  • : Réflexion utopique sur l'optimisation globale tous azimuts du service d'incendie et de secours en France
  • Contact

Texte Libre

Pourquoi un tel site ?

Pourrions nous, à budget constant, améliorer notre savoir-faire, notre sécurité, notre communication avec les élus en montrant que nous sommes un centre de profit pour la collectivité?

Ce site veut juste proposer des pistes de réflexion ou d'optimisation, qui paraîtront à beaucoup utopistes ou farfelues, mais destinées à titiller la curiosité du lecteur, à le faire réfléchir sur lui et sa corporation, et se demander peut-être ce qu'il pourrait proposer pour aller de l'avant.

Nota : Un grand merci à tous ces SP qui, au quotidien, cherchent à optimiser, bricoler, inventer, sécuriser, bref, faire avancer le système, quelque soit leur grade et leur statut...

Recherche

Liens

11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 20:58

Que faire face à la crise de l’engagement citoyen et l’explosion du SAP ?

Continuer à former des SPV polyvalents, faisant de nous une exception ?

Se fermer à tous ceux prêts à donner du temps, mais sans vouloir devenir SPV ?
  

Devant la pression du SAP, la BSPP a créé une filière SAV. 

Des SDIS tolèrent des inaptes feu. La Fédé demande que les <1,60m fassent du SAP

Il y a une brèche, mais encore trop "SP" : surplus de formation, frilosité du SSSM, etc. 

 

Et les associatifs ? Ils se contentent d’un PSE1 & 2, puis « Chef d’Intervention ».

C'est adapté et suffisant : la preuve, ça marche très bien sur Paris !

Si on fait un peu d’associatif, on s'aperçoit qu’une bonne part ne veulent pas être SPV :

Peur du feu, préférence du SAP, FI SPV trop longue, mais souvent volonté d'en faire +

Alors pourquoi pas mieux intégrer les associatifs dans le maillage du secours ??

 

En mixant les petits CI :

 + facile de recruter des PSE 1 que des SPV, vu le frein du volume horaire d’une FI.

Ceux qui le souhaitent pourraient suivre plus tard la filière feu, à leur rythme

 

 

En mettant à dispo un vecteur séparé :

En France cohabite mal : SPP-SPV-AP-Assocs, tout le monde se dit le meilleur...

On utiliserait bien mieux les VPS qui ne font que quelques DPS/an :

Pour les CPI sans VSAV, pourquoi pas un VPS associatif, à équipage mixte assoc-SPV?

  

Meeting-a-rien-Cholet-10-2004--26---800x600-.jpg

 

On ferme trop de CPI, or il subsiste de grandes zones d’ombre par endroits.

 

Créer une VLPS associative coutera bien moins chère :

Moins de place, de formations, mécénat possible, tenues moins chères, etc.

En quelques sessions de PSE et d'immersion VSAV en CSP, on crée un "PAPS à roulette" avec un garage loué, une VL (d’occaz?), un sac de l’avant, quelques tenues et de la motivation !!!
 DSCN4846--800x600-.jpg

 

 

L’argent reste un problème : qui paye ? SDIS, assocs, subvention CG ou commune? (qui vont dire qu’ils paient déjà le SDIS…), c’est l’éternel souci, & tant pis si l’on se prive de 4/5 personnes de plus dans un CPI !

  

On peut même aller plus loin :

- De nombreuses stations SNSM - Sauveteurs en Mer parsèment nos côtes.

Beaucoup sont loin d’un CS. Quid d'y mettre 1 VLPS? (Certaines ont déjà un VLHR)

 08-12-28-Manche--21-.jpg

 

  

- Une VLPS n'aide pas si intempérie, et ne peut forcer une porte sur PRPA :

Pourquoi pas les doter d'un VTU-PS (voir ici), quitte à ne pas les doter de LSPCC ou de tronçonneuse par exemple, mais au moins de moyens d'ouvertures de portes et d'assèchement…

- Dans des zones très loin d’un CS, pourquoi pas les gréer aussi d’un rack à tuyaux de 70 (voir ici), voire d'une 40-14 pour couper une propagation ?

Pas question de les doter d’ARI, sinon il faut l’aptitude médicale et la formation, mais au moins établir une alimentation sur laquelle le premier FPT pourra se raccorder et donc attaquer d’emblée plus massivement ?

 

 

On le voit, avec un peu de volonté et pour un budget raisonnable, on peut re-créer de la proximité, de la flexibilité, et/ou re-dynamiser des CPI/CS moribonds !!

  

 

 

On peut aussi vacationner les associatifs pour ne pas créer de jalousie.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 20:42

Nombre de CPI survivent avec un FPT hors d'âge. Des 770KB cotoient des Citroën, tandis que des Berliet GAK racontent leurs gros feux à des Saviem SM8.

Qu'en est-il de la sécurité avec ces pièces de musées?

Ils sont en général bien entretenus, bichonnnés, on sait que le prochain n'est pas pour demain. Mais on peut se demander si les freins ou la pompe ne vont pas lâcher au pire moment.

 

Sont-ils réellement armés par 5 ou 6 SP en journée ??

La disponibilité est variable, mais dur pour des CI de 8 à 15 SPV d'armer un FPT à 6 en journée.

Avoir un FPT, c’est avoir LE camion de pompiers. Mais si on l'arme que la nuit, bof...

 

En terme d'image et de recrutement :

Quel sinistré sera confiant en voyant arriver un SM8 trépidant à la corne de feu toussotante?

Quel nouveau résident d'une commune sera attiré par un CPI avec un GAK, même rutilant?

 

Le coût d'achat d'un FPT(L) neuf est faramineux pour une petite commune.

Et en occaz, les "reconditionneurs" se gavent (révision légère + voile de peinture)

Des SDIS réforment des FPT à 18 ans, mais les CPI n'ont pas priorité aux ferrailleurs !! (voir ici)

 

Et si on prenait une autre voie? Le CCGC...

"Peu couteux", dispo en occasion, et permettant de travailler à faible effectif

(l'alimentation n'est plus un souci, pas besoin de BAL).

Pas plus long qu'un FPT : pas de remise à agrandir.

Part en renfort hors-commue (qui demanderait un GAK en renfort?) & dynamise le CPI

   

 

Il a quelques inconvénients, certes, mais par rapport aux avantages, ils sont moindres :

- Il a des bornes. Oui, mais il est récent, c'est mieux qu'un FPT de 30 ans non?

- Souvent blanc. Un peu d'imagination et de peinture feront l'affaire, ou du sticker (voir ici).

- Cabine 3 places. Mais en journée, est-on plus? & pour 5 feux/an, si on est + on ajoute la VL

- Pas d'ARI en cabine : à part quelques 770KB, jamais vu en GAK ou Saviem...

 

Et que fait-on des 600m de 70 du FPT, me direz-vous?

Facile : on transforme avec le VTU du CPI en FIL (voir ici)

Comme ça, si en journée on a pas de PL, on peut au moins partir avec le FIL... 

 

Alors, que préférez-vous, dire "On a un FPT", même si c'est un GAK de 40 ans qui fait pas sérieux, ou un CCGC de 12 ans allant chez les voisins et permettant la sécurité si seulement 3 SP là?

Partager cet article
Repost0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 18:50

Avez-vous déjà vu toutes les remorques qui moisissent dans les CSP, cachées derrière les engins ou dormant dehors, usées d'inactivité, les pneus à plat, recouvertes de tenues qui sèchent?

Oubliées du CTA voire des SP eux-mêmes, elles ne servent jamais...


   

Elles feraient le bonheur de CPI motivés, en les spécialisant, responsabilisant, et promettant les remorques à une vie meilleure.

Laissons aux CS et CSP celles nécessitant formations et recyclages (nautique, GRIMP, etc).

Mais poudre, éclairage, ou ventilation trouveront une chaleureuse terre d'accueil dans un CPI.

 

 

C'est "gratuit", puisque les remorques existent déjà, mais croupissent sans servir...

 

Limites d'usage :

Une remorque, c'est dangereux, notamment chez les SP, car attelées "en urgence".

Chez les SP et dans le civil, les exemples de détellage existent, avec parfois des conséquences dramatiques (décès, ou blessures graves, c'est du réel)

Et ce n'est pas pratique si on doit faire demi-tour pour trouver l'adresse exacte... 

On limitera donc le recours aux remorques pour des applications "moins urgentes"

 

Si le cas de la MPR en CPI reste problématique (pas évident de la remplacer d'un coup de baguette magique dans tous les CPI équipés d'un duo VTU-MPR pour faire l'INC), virer les RSR (voir l'article VTUSR), et tendre vers des lots en VTU, par exemple une remorque ARI en VTU-VAR (voir ici)

 

On fait d'une pierre-deux coups, désengorger les CS(P) saturés et motiver les CPI qui se bougent

Partager cet article
Repost0
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 22:02

Non, non, pas la sirène pour faire décaler l'EPA... :)

On parle de volontariat en crise, comme une fatalité sans solutions (à part l'argent, beurk...)

Mais que voit-on sur le terrain : une population qui ne connait plus ses SP, leur engagement quasi-bénévole; étonnée quand nous expliquons que nous ne sommes pas pros, mais avec un métier à côté... Dès lors, dur de recruter des adultes stables sur la commune, voire dispos en journée.


Autre souci, le stationnement anarchique autour des CS en ville, sans respect pour les emplacements SPV, persuadés que nous ne sommes pas en permanence au CI.... Comment nous rapprocher de la population, voire susciter des vocations, et faciliter les trajets vers le CS?


La bonne vieille sirène? sans doute...

Les bips sont un progrès, évitant la sirène la nuit et à la gêne fréquente dans les "gros" CS.

Mais utilisés pour chaque départ, ils nous coupent de la population, qui ne comprend pas ces sauvages qui déboulent au CS, et ne réalise pas qu'elle est protégée par des gens à l'engagement citoyen désintéressé (stop à l'image du mange-vac), donc en abuse. Idem des patrons qui ne savent pas qu'ils pourraient avoir des SPV.


Pourquoi pas réinstaurer la sirène en journée dans les CS SPV qui en l'avaient plus ??

Garder bien sûr les bips la nuit, voire les matins de week end...
Au-delà de 200 départs/an, pour ne pas en abuser (c'est bruyant!), la coupler à l'équipe 2 :

Départ équipe 1 (VSAV, CCF...) sur bip, départ double (FPT, VSAV+VSR...) avec sirène.


Elle permettrait de recréer le lien avec la population, rappeller l'engagement de ses pompiers qui non, ne sont pas là "toute la journée à jouer aux cartes", ou "qui s'ennuient si on ne les appelle pas", croyances trop répandues, et pourquoi pas susciter des vocations...


Sirène Allemagne : http://www.youtube.com/watch?v=Ij75Xqt1O7c&mode=related&search=

Partager cet article
Repost0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 17:24

Quel est le véhicule le plus utilisé par les SP aujourd'hui? Le VSAV

Quel secteur fait l'objet de tant de convoitises (justifiées? bof...) et de débat? Le SAP

Alors pourquoi des centaines de CI > à 100 inters/an n'ont pas de VSAV?

Quel anachronisme! Quelle entreprise réaliserait 60% de ses contrats avec un moyen inadapté? 

(ah oui c'est vrai, on est pas une entreprise, donc on peut faire n'importe quoi...)


Renforcer le parc sanitaire, ça permettrait de :

Limiter le surcoût du prompt-secours (PS du CPI + VSAV voisin 70 fois/an, ça fini par coûter)
Gérer confortablement les plans "nombreuses victimes"
Anticiper le gériatrie-boom des années à venir
Compenser la norme VSAV : transport d'une victime et pas 2 comme le VSAB


Garder tant de CI avec 2 ou 3 engins sans VSAV, n'est-ce pas nier la réalité opérationnelle?
Remplaçons le VTU par un VSAB, les engins restant assumeront sans souci le reste.

Prenons un CPI à 100 inters/an avec VSAB-FPTL :
60% de SAP = 60 sorties pour le VSAV
10% de feux + 10% de SR + 20% d'OD = 40 sorties pour le FPTL

Les détracteurs diront "Et s'il est engagé sur feu & qu'une OD tombe"
A 40 sorties/an, soyons réaliste sur la probabilité! & auraient-ils eu l'effectif pour armer les 2?


Si on vous dit qu'on peut le faire pour 0 euro ?

Quel gâchis de transformer pour les CPI des VSAB de 12 ans en banal VTU, alors qu'ils coutent plus cher à remplacer qu'un VTU (il faut bien un VSAV neuf à l'autre bout). Mieux vaut l'affecter en VSAB : un VSAV de 10/12 ans peut supporter 60 sorties/an de nombreuses années.

Et on économise tout le matos commun VTU-FPTL : échelles, outils, LSPCC, etc.

 

Il est pas encore rutilant ce Master I ??

 

Le CPI du futur ? VSAV-VPI/FPT/CCF


Autre voie : les ambus privées. Choquant ? Les ASSU sont pourtant proches des VSAV

En occaz, elles ont des bornes, mais sont récentes. L'inverse des engins dans les CPI...

Elles ont des gyros-flashs? Des SDIS aussi... Et elles ont souvent flashs de pénétration & arrières
Elles sont blanches? Une peinture ou quelques stickers et c'est parti...

Enfin si déjà on arrête de sacrifier des VSAB de 10 ans, on peut joliment renforcer le parc.


Pendant des décennies, les CPI ont racheté des engins ex-armée, ex-DDE ou ex-EDF mais "bizarrement" très peu une ex-ambulance. Dommage, ils préfèrent collectionner VL et VTU...

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2007 1 16 /04 /avril /2007 22:35

 


Les Centres de Première Intervention, ce sont tous ces petits centres qui peuplent nos villages. Souvent délaissés par les élus ou par la hiérarchie, ils ne voient pas l’intérêt de conserver ces petites unités, parlant de manque d’équipements et de mauvaise formation.


Cercle vicieux puisqu'ils sont aussi ceux qui, détennant la bourse, pourraient mieux les équiper (ou surtout, but de ce site, les équiper mieux au même prix).
Pourtant, leur utilité se démontre vite :

Ils assurent un maillage sans faille du Pays, surtout en rural.

Ils réduisent le délai d'arrivée d’un 1er engin en l’attente des renforts du CS éloigné.
Ils entretiennent une réserve de personnels disponibles en cas de gros événements :

naturel (tempête, inondations) ou accidentels (feu, carambolage).
Ils assurent (mais un comptable s'en fout) souvent le dernier service public du village avec le facteur.

Pourquoi dénigrer ce rôle que des urbains bien-pensants qualifient de folklorique?

A l’heure où de nombreuses sociétés lorgnent sur nos activités (aujourd’hui SAP, guêpes, et demain?), les SP, via notamment la FNSPF, avancent leur maillage serré pour défendre leur rôle (qu'ils croient) indétrônable. Mais laissent mourir leurs CPI qui assurent le-dit maillage ! Paradoxe…
Quel autre mot utiliser face à cette asphyxie qui consiste à ne rien leur affecter, à les intégrer de loin, et après quelques années, remarquer que leur matos est obsolète et les gens mal formés, donc les fermer…

Les CPI sont importants, on est content de les trouver quand on a besoin d'eux après une forte tempête ou un feu important, ils méritent donc plus de considération.

Un par commune, c'est sans doute trop, mais les faire mourir à petit feu, ce n'est guère mieux.

 

D'autre part, la formation de SPV est aujourd'hui compliquée, et d'autant plus en rural où le besoin n'est pas nécessairement le même qu'en urbain, et où les gens sont plus débrouillards que nos citadins perdus pour un rien.

Le site explorera donc d'autres voies que le "tout-SP", mais qui paradoxalement restent dans une idée de proximité avec la population et d'engagement citoyen (ici par exemple, ou ici)

Bonne lecture !

 

Partager cet article
Repost0